Bonjour,

Le résultat du second tour des élections municipales au Brésil confirme celui du premier tour : recul significatif des partisans de Jair Bolsonaro, seuls deux des 13 candidats encore en lice soutenus par le président ont été élus. Mais c’est aussi une cuisante défaite pour le Parti des Travailleurs. Pour la première fois depuis le retour de la démocratie en 1985, en effet, plus aucune capitale d’État n’est contrôlée par le PT. Pour cette formation de gauche, la défaite est amère. Le PT de Lula était à la tête de 630 municipalités en 2012, et encore de 256 après les élections de 2016, même en pleine tourmente du scandale de corruption « Lava-Jato », il ne lui reste plus que 183 mairies à administrer dans tout le pays. (suite…)

Bonjour,

Dimanche prochain 29 novembre, les Suisses diront s’ils acceptent en votation l’initiative dite « pour des multinationales responsables ». Elle exige que les entreprises ayant leur siège en Suisse, qui violent les droits de l’homme ou dérogent à la préservation de l’environnement, où que ce soit dans le monde, puissent être jugées par des tribunaux helvétiques si la justice du pays concerné ne peut pas le faire. L’adoption de l’initiative « pour des multinationales responsables » serait d’une extrême importance pour la préservation de la forêt amazonienne et de ses habitants au Brésil.

La Suisse abrite en effet les sièges de très nombreuses entreprises internationales actives dans l’agronégoce et celui d’importants fonds d’investissement qui opèrent dans ce secteur. Limiter leur impunité, au moment où le déboisement s’accélère au Brésil, sous la pression de la politique du président Jair Bolsonaro et de son ministre de l’environnement Ricardo Salles, est donc non seulement souhaitable, mais impérativement nécessaire pour lutter contre la dégradation de la couverture forestière mondiale et le réchauffement climatique.

Selon les derniers sondages, une majorité des votants diront oui dans les urnes dimanche, mais la majorité des cantons n’est peut-être pas acquise. Or il faut cette double majorité en Suisse pour adopter une résolution de ce type, qui modifie la Constitution.

Afin de vous faire une meilleure idée des enjeux de cette votation, je vous livre en annexe un petit dossier de presse tiré de publications suisses et brésiliennes qui se penchent sur les enjeux de la préservation de la forêt amazonienne. J’y ajoute encore l’éditorial de Benito Perez, paru ce lundi 23 novembre dans le quotidien « Le Courrier », qui cerne bien les enjeux de cette votation: « À elle seule, l’initiative ne fera pas des multinationales des entreprises responsables. Mais elle peut rendre ce pays un peu plus conscient de ses responsabilités ».

Bonne lecture

Jean-Jacques Fontaine — https://visionbresil.wordpress.com

Les intérêts économiques qui se cachent derrière la destruction de l’Amazonie – Reporter Brasil

Bolsonaro a promis de publier une liste des pays qui critiquer la déforestation mais importent du bois illégalement du Brésil – Globo.com

Des crédits de carbone grâce aux arbres abattus – Vision Brésil

Déforestation en Amazonie. Le groupe Casino mis en demeure par plusieurs ONG – Ouest France

Banques et fonds américains accusés par l’ONG Amazon Watch de financer la déforestation — RT en français

Concentration malsaine dans l’univers du jus d’orange – Le Temps

Soupçons sur le «delta business» des traders suisses de pétrole au Brésil – Heidi.news

Traditionnellement, les élections municipales qui se déroulent au Brésil à mi-mandat des présidentielles ne donnent pas beaucoup d’indications sur les tendances politiques nationales. Elles se jouent principalement sur des personnalités locales et des enjeux de proximité. Cette année, c’est différent. Le coronavirus et les positions très polémiques du président en place leur ont donné une autre dimension. Les résultats du premier tour (le second aura lieu le 29 novembre là où les candidats n’ont pas recueilli 50 % des suffrages) montrent ainsi un certain effritement de la popularité de Jair Bolsonaro. Record d’abstentions, 23,5 % des électeurs ne sont pas allés voter alors que le vote est obligatoire au Brésil, échec des candidats appuyés par le président dans les grandes villes, retour en force des politiciens traditionnels, ce sont en résumé les trois enseignements que l’on peut tirer de ce scrutin. (suite…)

testes sinovac

Comme souvent dans ce genre de situation, les choses débutent par un événement anodin qui prend ensuite des proportions inattendues… Le 9 novembre, suite au décès d’un participant, l’ANVISA, l’agence sanitaire gouvernementale, ordonne l’arrêt des tests liés au vaccin anti-Covid-19 chinois Sinovac, menés au Brésil par l’Institut Butantan. Trois jours plus tard, cette interruption est levée, preuve ayant été apportée que la mort de la personne concernée n’avait rien à voir avec l’administration du vaccin. Mais Jair Bolsonaro s’empare de l’affaire et proclame qu’il n’autorisera jamais au Brésil la distribution du « vaccin de João Doria ».

(suite…)

Bonjour,

Le 29 novembre prochain, les Suisses vont voter pour dire s’ils approuvent l’initiative dite « Pour des multinationales responsables ». Elle introduirait une nouvelle disposition dans la Constitution obligeant les entreprises suisses ou étrangères dont le siège ou une annexe du siège se trouve en Suisse à contrôler leurs activités, celles de leurs filiales et l’ensemble de leurs relations d’affaire dans le monde « afin qu’elles respectent, également à l’étranger, les droits de l’homme internationalement reconnus et les normes environnementales internationales. » Si cette disposition est acceptée, elle aura des effets sur le déboisement en Amazonie brésilienne. (suite…)

Daniel García García, et Alexander Vicente Christianini © The Conversation (traduit de l’espagnol)

Un jour, Donald Trump est malade et le lendemain, les marchés boursiers du monde entier s’effondrent. Nous vivons dans un univers globalisé. Les phénomènes engendrés à un endroit sont rapidement transmis à des régions éloignées, affectant la planète entière. Cette mondialisation affecte également la nature. Le climat et les déplacements des animaux relient des écosystèmes éloignés les uns des autres. (suite…)

Transcription du débat du lancement du manifeste « Preserva Brasil » du 6 septembre 2020 à Genève –  Analyse: « Le Jair [ Bolsonaro ] qui est en nous« 

Bonjour,

2’700 personne ont visionné sur youtube le débat tenu à l’occasion du lancement du « Manifesto Preserva Brasil«  débat online piloté depuis Genève. Je vous propose en annexe une transcription en français de cette discussion que vous pouvez visionner en portugais sur youtube à l’adresse: https://www.youtube.com/watch?v=931-xsxWGjU&t=355s).

Durant ce débat les orateurs brésiliens, Fernando Gabeira, Reinaldo Azevedo et Jamil Chade ont insisté tous trois sur la nécessité de construire un autre discours autour de ce qui se passe en ce moment au Brésil que celui tenu par les autorités en place. Moi-même, j’ai apporté une contribution complémentaire en tentant d’expliquer ce qu’est la démocratie suisse et comment elle peut en partie inspirer le Brésil pour sortir de l’impasse politique actuelle.Transcription Lancement du Manifesto Preserva Brasil

***************

Autre point de vue complémentaire, l’analyse de Ivann Lago sociologue et politologue, professeur à l’université fédérale de la frontière sud de Campo Cerro (RS) qui se penche sur le phénomène de ce qu’on appelle le « Brésilien moyen » qui, de son point de vue, « a un Jair Bolsonaro dans la tête » et considère que ce président exprime son moi profond. Terriblement inquiétant, mais réaliste. 

Ivann Lago explique ainsi pourquoi aujourd’hui encore, deux ans après son élection, 30% des électeurs de Bolsonaro continuent inconditionnellement à croire en lui, malgré ses dérapages perpétuels. Ce constat amère ne doit cependant pas nous décourager, en octobre 2018, Jair Bolsonaro avait obtenu les voix de 66% des électeurs, aujourd’hui, même si un tiers d’entre eux le soutiennent encore, un autre tiers a pris ses distances. C’est sur ce socle qu’il faut imaginer construire une alternative démocratique unitaire… LE JAIR QUI EST EN NOUS

Bonnes lectures

Jean-Jacques Fontainehttps://visionbresil.wordpress.comvisionbresil@gmail.com

 


Bonjour,

Hier a eu lieu à Genève le lancement du Manifesto Preserva Brasil – Genève qui a réuni plus de 200 personnes sur la chaîne en ligne Youtube. La presse dominicale s’en est largement fait l’écho avec plus de 12 mentions. Je vous relaye le communiqué du groupe MPB-GE qui fait le bilan de cet événement. Bonne lecture

Jean-Jacques Fontaine, visionbresil@gmail.com (suite…)

Des Brésiliens de Genève lancent le mouvement Preserva Brasil, https://mpb-ge.org, en vue de construire un large courant d’opinion visant à défendre les institutions démocratiques de leur pays, préserver les bases de la Constitution du Brésil et promouvoir la citoyenneté face à la détérioration du dialogue républicain entre les pouvoirs constitués et la société civile. Dans ce but, le MPB-GE fait paraître un « Manifeste de Genève pour la préservation des institutions démocratiques au Brésil » (texte en annexe), manifeste qui peut être signé par tout un chacun. Nous serions heureux de compter avec votre éventuelle participation au lancement de ce manifeste ou à sa couverture médiatique (l’évènement se déroulera on line en portugais).

Inscription obligatoire pour participer au lancement: www.mpb-ge.org/eventos/      Pour signer le manifeste: https://mpb-ge.org

(suite…)

Bonjour,

C’est pire que l’an dernier ! La forêt amazonienne brûle encore plus qu’en août 2019 et le déboisement a lui aussi augmenté par rapport à l’an dernier. La faute en grande partie à un laxisme des autorités qui se cachent derrière l’épidémie du Covid-19 pour laisser faire l’occupation illégale des terres en Amazonie. Une des conséquences, un quasi-génocide indigène, la pandémie fait particulièrement des ravages chez les Indiens, mal armés pour résister au virus.

Un groupe de Brésiliens de Genève lance internationalement un manifeste pour préserver les institutions politiques brésiliennes face aux attaques incessantes des Bolsonaristes contre les pouvoirs constitués. Une initiative bienvenue alors que ces troupes de choc de la désinformation multiplient les fakesnews tant à propos du coronavirus que de la gestion publique du pays. (lire la suite…) (suite…)