environnement


descobrimento-do-brasil

Le Brésil tend toujours à se projeter dans l’avenir et, en conséquence, à ne pas trop regarder son passé. Mais si ce pays est neuf à l’aune du moyen âge européen qui façonne encore beaucoup de nos paysages, il est tout de même riche d’une histoire de 5 siècles à laquelle certains commencent à s’intéresser de près. Est-ce un signe de maturité que de s’inspirer de son passé ? En Europe, on en est convaincu. Les émissions de télévision de plus en plus nombreuses qui relatent le patrimoine sont là pour nous le rappeler.

De ce côté-ci de l’Atlantique, on est plus nuancé. Beaucoup pensent encore qu’à trop regarder derrière nous, on freine notre devenir… Rappelez-vous cet adage en forme de clin d’œil : le Brésil est le pays d’un futur qui ne réalise jamais. La vérité est peut-être à mi-chemin de ces deux extrêmes. Raison pour laquelle Vision Brésil vous parle aujourd’hui résolument du Brésil du passé.

(suite…)

Publicités

Une utopie pour sauver le monde occidental de la crise ; Décès du pape de la chirurgie esthétique ; Pluie de poison sur une nature protégée ; Vestiges d’histoire méconnus

tarsila2Essai : une utopie brésilienne pour sauver le monde occidental de la crise

Dans le cénacle (étroit) des penseurs brésiliens, Eduardo Gianettti occupe une place à part. À la fois économiste et philosophe, il fait de la provocation à la réflexion le noyau de ses écrits et de ses prises de position. Il nous régale aujourd’hui avec Trópicos utópicos — uma perspectiva brasileira da crise civilizatoria (Tropiques utopiques, — une perspective brésilienne de la crise des civilisations – Editions Companhias das Letras). (suite…)

tapajos e indios-munduruku

Il n’y aura pas de barrages sur le Rio Tapajós, ainsi en a décidé l’IBAMA, l’Institut brésilien de l’environnement le 19 août dernier en refusant d’octroyer la licence de construction de l’usine hydro-électrique de São Luiz do Tapajós. Les considérants de cette décision sont particulièrement intéressants : IBAMA estime que le projet « n’est pas viable du point de vue de sa composante indigène ». Il soumet la confirmation de sa décision à une évaluation de la FUNAI, la Fondation pour l’Indien, laquelle publie le jour même un rapport confirmant la reconnaissance de « l’occupation traditionnelle par le peuple Munduruku de la terre indigène Sawré Muybu dans l’ouest du Pará ». (suite…)

Optimisme mesuré des Brésiliens avant les Jeux ; une menace terroriste peu probable, mais à surveiller, mais une montée en puissance préoccupante de la violence criminelle ; Surprise dans la Baie de Guanabara ; Quel héritage pour les sportifs amateurs de Rio de Janeiro après les Jeux ? Petits clins d’œil d’avant-compétitions.

tocha

Bonjour,

Les responsables de Rio 2016 affichent l’optimisme : la vente des billets pour les compétitions sportives bat son plein, le public ne va pas bouder les athlètes de la famille olympique. Même si la proclamation de la « situation de calamité publique » de l’État de Rio de Janeiro par le gouverneur intérimaire Francisco Dornelles mi-juin — une annonce à usage interne destinée à faire débloquer des fonds par le pouvoir fédéral a provoqué une vague de méfiance internationale. Elle s’est traduite par l’annulation de plus de 50 000 entrées réservées sur le site de Rio 2016.

datafolhaD’autres indicateurs aussi sont moins optimistes. Ainsi, un sondage récent de l’institut Datafolha révèle que 63 % des Brésiliens estiment que les Jeux olympiques de Rio de Janeiro vont apporter plus de désagréments que d’avantages. C’est deux fois plus d’opinions négatives que trois ans auparavant, en juin 2013. Cette année-là, 25 % des personnes sondées seulement s’opposaient aux Jeux, 64 % y étaient favorables. Aujourd’hui, 50 % y sont totalement opposés. Ce sondage est national et le mouvement de mauvaise humeur qu’il traduit ne semble pas toucher (ou pas encore ?) Rio de Janeiro : une autre étude, réalisée par la Fondation Getulio Vargas début juillet, affirme en effet que 60 % des Cariocas croient au succès des Jeux et à ses retombées positives pour la ville.

_____________________________________

HORIZONS_AM_LAT_GF_FONTAINE_8_2016-RIO-JOjean_jacques_CAPAPetit rappel : mon livre 2016, Rio de Janeiro et les Jeux olympiques, une cité réinventée est disponible en librairie auprès des Éditions l’Harmattan : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=50578

Somente para lembrar : o livro Rio de Janeiro e os Jogos olimpicos, uma cidade reinventada esta disponivel nas livrarias do Brasil.

____________________________________ (suite…)

Recomposition des forces politiques ? Mystères amazoniens ; Un épisode sordide de l’histoire du Brésil

Après des moins de crise politique et une succession ininterrompue de scandales liés à la corruption, est-on en train d’assister à une recomposition de l’échiquier parlementaire au Brésil ? En tout cas, l’élection du nouveau président de la Chambre des députés (lui aussi intérimaire, comme le chef de l’État Michel Temer) pourrait le faire penser. C’est finalement Rodrigo Maia qui succède à Eduardo Cunha, destitué pour avoir caché de l’argent provenant de dessous de table sur des comptes en Suisse et entraves aux enquêtes menées par la police fédérale dans le cadre du scandale « Lava Jato ».

eleiçao rodrigo maia

Depuis le début de cette année, Eduardo Cunha avait mené une guerre sans merci contre Dilma Rousseff, bloquant toute décision du pouvoir exécutif et obtenant en fin de compte la mise à l’écart temporaire de la présidente dans le cadre d’un processus d’impeachment qui devrait se conclure mi-août. Cette bataille gagnée n’a pas empêché Eduardo Cunha de succomber à son tour à ses propres combines politiques. (suite…)

Dossier de la corruption; le Crédit Suisse en ligne de mire; un mort par semaine chez les militants écologistes; le chômage principale cause de l’inégalité; panne de passeports

indio e tocha

Même si la flamme olympique, relayée par 12 000 porteurs, passe par 329 villes du Brésil, la vie sera peu perturbée par les exploits des athlètes des Jeux 2016 en dehors de Rio de Janeiro, sauf devant les écrans de télévision ! Le pays ne retient donc pas son souffle jusqu’au 5 août comme ce fût le cas lors de la Coupe du Monde de football en 2014. Et en ces temps de crise économique et politique, le dossier de la corruption et son dénouement occupent toujours le devant de la scène dans la hiérarchie des préoccupations. C’est donc un sujet encore une fois incontournable.

(suite…)

O Globo - Desmatamento em três décadas

Un rapport publié par la Fondation SOS Mata Atlantica trace une radiographie de l’état actuel de la forêt atlantique qui bordait à l’origine toute la côte brésilienne, du Piaui au Rio Grande do Sul. Lorsque Cabral a débarqué en 1500, elle couvrait 1,3 million de km2, aujourd’hui il en reste 163 000… Mais si c’est l’action de l’homme qui a fait disparaître l’équivalent de 1,4 milliard de terrains de football[1] de surface arborisée, le réveil des autorités et de la société a inversé la tendance dans quelques régions du pays. Même si de gros efforts restent à faire pour stabiliser le déboisement.

[1] Selon les normes de la FIFA, un terrain de football fait 90m x 120m ce qui représente environ 1 hectare. (suite…)

Page suivante »