AFP/Jacques Demarthon

Le 27 mars à Paris, des militants de l’ONG Greenpeace ont déversé symboliquement 3 000 litres de mélasse devant le siège de la compagnie pétrolière Total, dans le quartier de La Défense à Paris. Cette action visait à dénoncer un projet de forage controversé de la compagnie pétrolière française à proximité d’une zone naturelle protégée au Brésil.

Les forages se situeraient à proximité d’un récif corallien découvert l’année dernière au large des côtes nord du Brésil, qui s’étend sur plus de 9 500 kilomètres carrés, à l’endroit où l’Amazone se jette dans l’océan Atlantique, et jusqu’en Guyane. Sa situation, à l’embouchure du fleuve, à 100 mètres de profondeur et dans une eau boueuse, sans lumière pour les coraux, le rend unique au monde. À peine 5% du récif corallien a pour l’instant fait l’objet d’une exploration, qui va encore prendre plusieurs années encore.

Cette région d’une rare biodiversité pourrait devenir une future exploitation pétrolière de l’entreprise française Total, dans la ligne de mire de Greenpeace avec BP. Les deux multinationales devraient commencer à forer cette année, une fois les licences environnementales délivrées par le gouvernement brésilien. Total au Brésil a décidé d’investir massivement après les scandales de corruption qui ont touché Petrobras. L’entreprise française a signé un accord de quelque 2,2 milliards d’euros. Les projets de forage au large de l’Amazonie n’en représentent qu’une petite partie.

Expédition scientifique de protestation

Associées à de nombreux chercheurs brésiliens, Greenpeace a lancé une pétition sur internet, demandant à la compagnie pétrolière française d’abandonner son projet et au gouvernement brésilien de mettre en place un moratoire dans cette région de l’océan Atlantique.L’organisation de défense de l’environnement a encore organisé une expédition sur place pour ramener des photos et des vidéos sous-marines du récif et prouver l’importance de sa flore et sa flore colorées. C’est le carnet de bord de cette expédition, publié sur le site internet de RFI que nous reproduisons dans le prochain article.

Vision Brésil et François Cardona correspondant RFI à Rio de Janeiro

Publicités