dilma impeachment

Bonjour,

On l’a dit et répété dans Vision Brésil, faute d’un accord politique pour mettre en place un pacte national de gouvernement, afin de juguler la crise politico-économique, faute de pouvoir organiser des élections anticipées, la mise à l’écart, même provisoire, de la présidente Dilma Rousseff restait la moins mauvaise des hypothèses. Sa destitution temporaire pour 180 jours a donc été entérinée jeudi 12 mai par le vote de plus des deux tiers des sénateurs. Le vice-président Michel Temer est désormais le chef de l’État, il a immédiatement nommé son nouveau gouvernement.

L’heure est maintenant à la réflexion sur les projets de cette nouvelle équipe et sur sa marge de manœuvre réelle. L’heure est aussi à la réflexion sur les raisons de la fin d’un cycle, celui de 13 ans de gouvernement du Parti des Travailleurs, dont l’accession au pouvoir avec l’élection de Lula en 2003 avait suscité d’immenses espoirs, largement déçus au cours des années suivantes. Comme d’habitude, Vision Brésil donne la parole à un large éventail de points de vue afin de refléter ce qui se dit aujourd’hui au Brésil à propos de ces péripéties, tout en gardant la distance nécessaire face au débat passionné qui continue à animer les esprits au lendemain de cet impeachment.

Couverture

Rappel, le livre 2016, Rio de Janeiro et les Jeux olympiques, une cité réinventée (Éditions l’Harmattan) est maintenant disponible en librairie. Il sera édité en version portugaise au Brésil début juin. Prochaines rencontres-présentations publiques :

Jeudi 19 mai, 20 h, Cartigny, Café « La Causette » Rue Pré-de-la-Reine

Jeudi 26 mai, 20 h, Paris, « Autres Brésils », Centre International de Culture Populaire, 21ter rue Voltaire 11 °

Mercredi 1 juin, 11 h 30, Lausanne, UNIL – ISSUL — Bâtiment Geopolis Faculté des Sciences sociales et politiques

Mercredi 1 juin, 18 h, Genève, Librairie du Boulevard 34, rue de Carouge

 Bonne lecture

Jean-Jacques Fontaine Vision Brésil

Advertisements