feira

Depuis un mois l’inflation recule au Brésil ! La hausse des prix avait atteint le pic de 10,48% en novembre dernier et les projections étaient alors pessimistes : 7,62% d’augmentation pour 2016. Mais, la crise étant passée par là, les gens consomment moins, le coût des services baisse. Les analystes voient désormais l’année se terminer avec une inflation à 6,5%, un retour dans la bande de tolérance dont le plafond annuel est justement fixé à 6,5% de hausse. 

previsoes IPCA 2016Certes ce n’est pas encore l’équilibre recherché par la Banque nationale qui aimerait ramener le taux de renchérissement à 4,5%, certes cette baisse est due à la panne de la machine industrielle et non à sa relance, mais dans le contexte de la crise économique et politique qui secoue le pays, cela apporte une respiration provisoire.

La balance commerciale aussi

comercio-exterior-02_02_16Et ce n’est pas le seul effet « positif » de la crise. La balance commerciale du Brésil a retrouvé les chiffres noirs depuis 2 mois., « alors que le commerce mondial recule », analyse Miriam Leitao journaliste. « Le Brésil pourrait connaître en 2016 le solde commercial positif le plus élevé de son histoire ». Les chiffres sont là pour l’étayer : en 12 mois, de mars 2015 à mars 2016, la balance commerciale brésilienne est en effet passée d’un déficit de 3,5 milliards de US$ à un bénéfice de… 33 milliards de US$ !

Un petit soulagement

importaçoes caiLà encore, il ne faut pas se tromper, l’économie n’est pas en train de gagner une nouvelle impulsion, poursuit Miriam Leitao, c’est au contraire parce que les importations ont dégringolé et que les exportations de produits agricoles ont moins diminué que prévu grâce à une saison climatique favorable que ce bon résultat a été possible. « Dans la conjoncture actuelle, c’est tout de même un petit soulagement » conclut-elle.

inflsçao desaceleraPas plus qu’une hirondelle ne fait le printemps, deux bonnes nouvelles en économie ne signifient une sortie de crise. Les victimes de la récession restent les mêmes, les salariés licenciés de plus en plus nombreux et les consommateurs dont le revenu continue à dégringoler. Mais c’est quand même un petit mieux pour le pays et c’est important de le souligner.

Publicités