Les impressionnistes d’Orsay au Brésil ; le Corcovado à Paris ; lancement de Bibliofrança ; Partenariat Sorbonne – Université catholique de São Paulo ; 90% d’approbation pour la première BRT carioca ; retour d’argent Suisse – Brésil

On peut déjà l’admirer à São Paulo depuis début août, elle débarquera au Centre Culturel du Banco do Brasil de Rio de Janeiro le 22 octobre. Elle, c’est l’exposition itinérante « Impressionnisme, Paris et la Modernité », qui rassemble 85 œuvres des plus grands peintres de ce courant artistique : Renoir, Monet, Van Gogh, Toulouse-Lautrec, Manet, Degas… Le public brésilien peut notamment y contempler les plus importants tableaux exposés habituellement au Musée d’Orsay à Paris, comme « la Gare St-Lazare » de Claude Monet ou « la salle de danse à Arles » de Van Gogh.

La venue au Brésil de ces chefs d’œuvres (ils seront exposés à Rio de Janeiro jusqu’au 13 janvier 2013) est le résultat d’une collaboration entre le Banco do Brasil et la Fondation Mapfre, mais surtout, c’est l’initiative de Virginia Fienga, une architecte brésilienne en charge de la muséographie de la Gare d’Orsay depuis 2006. Née à Rio de Janeiro et formée en architecture par l’Université Fédérale de cette ville, Virginia Fienga  a ensuite étudié à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris et s’est spécialisée dans la rénovation des bâtiments historiques.

Durant 10 ans, elle a travaillé à l’Institut du Patrimoine Historique Brésilien, l’IPHAN, avant d’être appelée à Paris par le Musée d’Orsay, en 2006. « Le nouveau d’Orsay est multidisciplinaire, combinant peinture sculpture, cinéma et arts graphiques, c’est cette dimension que je veux reproduire au Brésil avec l’exposition « Impressionnisme, Paris et la Modernité », affirme-t-elle.

Le Corcovado à Paris 

Si les impressionnistes « parisiens » viennent au Brésil, le Christ Rédempteur de Rio de Janeiro s’en va, lui, à Paris ! Une réplique de la célèbre statue trônant au sommet de la montagne du Corcovado qui domine la « Cidade Maravilhosa » du haut de ses 800 mètres a en effet été exposée sur le parvis de Notre-Dame durant le mois d’août. L’initiative est liée aux célébrations des 80 ans de la statue et à la perspective des Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ), qui se tiendront à Rio en 2013. Une exposition retrace également l’histoire du Christ de Rio. Pour l’anecdote, c’est un sculpteur français, Paul Landowski, qui est l’auteur de la statue originale, haute de 38 mètres, construite entre 1926 et 1931. Paul Landowski est aussi l’un des deux artistes qui ont sculpté en 1909 les personnages du « Mur des Réformateurs » au Parc des Bastions de Genève, Guillaume Farel, Jean Calvin, Théodore de Bèze et John Knox. Voilà sans doute pourquoi le très catholique Christ de Rio de Janeiro présente de curieuses ressemblances avec le Calvin qui trône à Genève !

La réplique du Corcovado exposée à Notre-Dame a été réalisée par l’artiste plastique brésilien Odilon Lima. Elle sera offerte à la Ville de Paris en « symbole de paix ». Mais elle ne sera pas unique. Plusieurs autres miniatures du Corcovado vont parcourir le monde dans la perspective des JMJ de 2013. La Cité du Vatican a reçu la première en avril, Toronto (Canada) aura la sienne le 16 septembre, Tokyo (Japon) le 28 septembre et Maputo (Mozambique) le 10 octobre.

Lancement de Bibliofrança

Le site « Bibliofrança » donne des informations sur les livres français traduits en portugais du Brésil, dans le cadre du Programme d’Appui à la Publication – PAP Carlos Drummond de Andrade de l’Ambassade de France qui existe depuis 2009. Le PAP est un programme du Ministère Français des Relations Extérieures qui apporte des appuis financiers à des éditeurs brésiliens pour traduire et publier des ouvrages français. Il a déjà contribué à la sortie de 300 titres, surtout dans les domaines de la philosophie, la littérature et les sciences humaines. http://www.bibliofranca.org.br/lancamentos/

Partenariat Sorbonne – Université catholique de São Paulo

L’Université de Paris 1 Sorbonne et la Pontificale Université de São Paulo ont signé une convention pour la délivrance d’un diplôme commun de Maîtrise en Economie de la Mondialisation et du Développement. Ce cours port-grade, d’une durée de 2ans ½ débutera en 2013 et sera entièrement réalisé à la PUC de São Paulo. Il donnera droit au double titre de « Maîtrise en Economie de la Mondialisation et du Développement » de la PUC São Paulo et « Master 2 Recherche en Economie de la Mondialisation » de l’Université Paris 1. http://pos.pucsp.br/programas/emd

90% d’approbation pour la première BRT carioca

En service depuis début juillet, la première des 5 lignes de bus rapide en site propre, les BRT, qui doivent être construites à Rio de Janeiro d’ici aux Jeux Olympique de 2016, fait l’unanimité de ses usagers. Même si elle n’est pas encore entièrement achevée, la « Transoeste » et ses véhicules articulés de 140 places ont été plébiscité par 90% des passagers sondés début août par l’Institut Mapear. Point fort, la rapidité, qui permet de réduire de 2/3 les temps de parcours sans augmentation du prix du billet. Seul reproche, les bus sont bondés et il faut souvent attendre longtemps avant de pouvoir monter dedans !

Le concessionnaire Rio Ȏnibus promet que les choses vont s’améliorer avec la mise en service de plus de voitures. A une cadence de 2 à 12 minutes, la Transoeste transportera à pleine capacité 220’000 passagers quotidiennement. Lorsque les 5 lignes seront achevées en 2016, les autorités espèrent qu’elles pourront absorber l’augmentation de la demande en transport urbain et résorber les embouteillages qui se multiplient à Rio de Janeiro.

Retour d’argent Suisse – Brésil

Il aura fallu 12 ans pour boucler le dossier, mais une partie des fonds publics détournés par l’ex-juge de São Paulo Nicolau dos Santos Neto, dit « Lalau » vont être rendus par la justice suisse au gouvernement brésilien : 6,8 millions de US$, gelé dans une banque de Genève.

L’affaire remonte à l’an 2000 où le Procureur genevois d’alors, Bernard Bertossa ordonne une enquête sur des transactions millionnaires suspectes à partir d’un compte que  l’ex-juge brésilien détenait auprès de la filiale Santander de Genève. Des transferts de fonds dont le montant semblaient incompatibles avec le salaire déclaré de « Lalau ». En 2005, Nicolau dos Santos Neto est condamné au Brésil pour blanchiment d’argent.

Les 6,8 millions de US$ retrouvés à Genève font partie des fonds publics détournés par le juge. Encore fallait-il pour les autorités brésiliennes, attendre l’issue de tous les recours déposés devant la justice suisse par « Lalau », avant de pouvoir récupérer cet argent. C’est enfin le cas, le Tribunal Fédéral Helvétique a rejeté le dernier de ces recours. « L’argent va pouvoir très bientôt être transféré au Brésil » promet Yves Klein, un des avocats genevois constitué par les autorités brésiliennes.

Advertisements