31’000 nouvelles constructions lancées à Sao Paulo en 2010, la crise de 2008 est loin derrière et la capitale économique du Brésil croît à toute vapeur. Parce que la demande en habitation est grande et parce que les perspectives du marché immobilier y sont attractives : ce n’est pas encore trop cher d’acheter, en comparaison internationale, et la valorisation du m2 est presque garantie. Surfant sur cette vague d’optimisme, la revue Epoca a effectué une vaste enquête dans toute la ville pour aider les acheteurs potentiels à choisir le bon objet au bon endroit. Pour ceux qui envisageraient de s’installer à Sao Paulo, Vision Brésil vous donne en primeur quelques extraits de ce coup de sonde.

… Celui qui a des enfants en bas âge choisira : Alto de Pinheiros.

Sécurité, espaces verts, bonnes écoles accès facile, présence de tous les services essentiels à la vie quotidienne d’une famille avec enfants, c’est en plus un des quartiers les plus sûrs : aucun homicide en 2009, grâce à une présence policière constante et de nombreux gardes privés.

Autre avantage, les chicanes nombreuses dans les rues, qui ralentissent le trafic et permettent aux enfants de se rendre à pied à l’école. Avec un prix au m2 de 5’958 R$, on est dans un quartier plutôt cher.

 

 

… Qui préfère habiter en villa s’installera à Alto de Lapa.

Ici les adolescents jouent au foot dans la rue et les voisins installent tables et chaises sur les trottoirs pour converser. Quand ils n’entretiennent pas les fleurs de leur jardin. Une vie résidentielle tranquille, les commerces se concentrent dans les rues qui bordent le quartier, qui fait dire à une habitante qu’elle ne quittera k jamais Alto de Lapa, « sauf pour aller vivre à la campagne ». Mais c’est beaucoup plus loin du centre ! 3’159 R$ le m2, cela paraît bon marché, mais en villa, les surfaces sont plus grandes qu’en appartement. Cela se paye !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bela Vista, c’est autre chose : le centre-ville exprès pour les fous de culture.

Bien moins tranquille et verdoyant, mais c’est un choix ! On dit de Bela Vista que c’est le Broadway pauliste. 36 théâtres, 26 salles de cinéma, le MASP (Musée d’art moderne de Sao Paulo), le centre culturel Itau, des sales de concert et deux méga-librairies, la FNAC et Cultura. Que veut on de mieux ? Peut-être un prix au m2 un peu plus modeste car on est souvent désargenté quand on est friand des arts : 4’306 R$ le m2

 

Paraiso, c’est pour ceux qui veulent renoncer à la voiture…

Et à Sao Paulo, étant donné la concentration d’embouteillage, ce n’est pas une manie d’écolo, c’est un luxe ! Collé à l’Avenida Paulista, le quartier est un des mieux desservi par les transports publics. Idéal pour y travailler en indépendant, « tout le monde sait comment nous trouver ici » confirme Décio, qui est ingénieur. L’offre en appartement est encore accessible et variée à Paraiso, on trouve des surfaces de tout calibre, 40% moins cher qu’au Jardim Paulista voisin. Prix du m2 : 5’659 R$

 

 

 

Jeune, célibataire et disponible, il vous faut chercher du côté de Vila Olimpia.

A première vue un gigantesque complexe de buildings et de bureaux où se sont installées notamment les plus grandes banques du pays. Leurs employés, pour beaucoup des étudiants sortant de l’Université et avides de faire leurs preuves se sont installés autour des gratte-ciels pour être toujours disponibles pour le boulot. Bars et restaurants pour l’after hour les ont accompagné. C’est unquartier qui pousse… 4’642 R$ le m2

Mais le quartier qui grandi le plus vite, c’est Morumbi, juste à côté : 21 lancements totalisant 37 blocs et 2967 unités résidentielles ont été réalisés en 2010.

 

 

 

 

 

 

Certains cherchent le luxe, le grand luxe ?

Qu’à cela ne tienne, un appartement à l’Avenida Hélio Pelegrino risque de vous convenir : il est en construction, mesure de 530 à 1’224 m2 et le plus petit d’entre eux vous en coûtera un peu plus de 5 millions de R$. Insuffisant ? Vous préférez un attique avec terrasse ? Il y en a un. Qui dispose en plus de 15 places de garage. Coût ? 18,5 millions de R$ cash ! Mais autour, les rues sont arborisées, les espaces larges et bien aérés, le quartier est mieux situé que Morumbi, l’autre quartier de luxe voisin, et la sécurité est omniprésente. A ce prix, mieux vaut prévenir que guérir…

8’549 R$ le m2. Pourtant, Vila Nova Conceiçao n’est pas l’endroit le plus cher de Sao Paulo : Jardim Europa le bat d’une longueur, avec un prix moyen de 11’000 R$ le m2. C’est l’adresse top du top de Sao Paulo, il est difficile d’y trouver un logement plus petit que 430m2.

Pour être encore en ville mais la fuir…

la Serra da Cantareira vousdonnera l’illusion de vivre à la campagne. C’était le cas en 1976, quand la chanteuse Elis Regina s’y est installée, faisant découvrir l’endroit aux paulistes. Il n’y avait encore rien. Aujourd’hui, les rues sont goudronnées, le confort s’est installé, le grand confort, avec héliports privés qui permettent aux hommes d’affaires de rallier rapidement par les airs l’Avenida Paulista. Mais le soir, on entend quand même le chant des grenouilles. Le prix au m2 paraît bas, 2’100 R$, mais attention, les jardins sont grands. Difficile de trouver quelque chose si on est pas prêt à mettre quelques millions !

City Boaçava, c’est la ville pour les sportifs.

Une île de tranquillité enclavée entre Alto de Pinheiro et Vila Leopoldina. 900 mètres d’une extrémité du quartier à l’autre, 3,5 km de pistes dans le parc Villa Lobos, on peut donc y marcher, y jogger, y faire de la bicyclette en toute quiétude. Les rues sont larges, bien arborisées, et remplies de chicanes à voitures qui rendent le trafic automobile convivial. Il, faut tout de même y mettre le prix : 5’958 R$ le m2.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, pour ceux qui veulent juste investir, il y a Nova Barra Funda,

un quartier neuf, au nord d’une ligne de chemin de fer que les paulistes n’ont pas l’habitude de franchir. Le Sao Paulo résidentiel a toujours été plus au sud ! Mais avec le manque de terrains disponibles, les choses changent et l’aménagement urbain Agua Branca, lancé par la préfecteure dès 1995, a fait pousser les bâtiments dans la partie la plus à l’ouest de Barra Funda.

Le quartier a de l’avenir, avec la construction de la ligne orange du métro, qui entrera en service en 2014. En comparaison avec la période 2004-2006, il y a eu 75% de lancements immobiliers en plus entre 2007 et 2009. Les prix ont aussi augmenté de 25%, mais restent abordable, 2’854 R$ le m2

 

 

 

 

 

Publicités