Lula condamne l’Iran ; le Réal au plus haut ; Biennale de Sao Paulo ; prix Photo Web de l’alliance française.

Après son voyage à Téhéran et malgré l’accord arraché à l’Iran avec l’aide de la Turquie, le Président Lula a dû se rendre à l’évidence : son offensive diplomatique pour ramener le régime des mollahs à la table de négociation concernant le dossier nucléaire est un échec, les grandes puissances occidentales ont fait la sourde oreille.“Contrarié”, Lula signe le décret de l´ONU visant à sanctionner l´Iran.

Dans la foulée et sous la pression de Washington, le Conseil de Sécurité de l’ONU a voté fin juin de nouvelles sanctions contre l’Iran.  A l’époque, le Brésil s’y était opposé.

Mais Celso Amorim, ministre brésilien des Relations Extérieurs a indiqué récemment que le président Lula avait finalement signé le décret mettant en place ces sanctions. Il a donc décidé d´accorder son soutien de principe à la mesure prise par le Conseil de Sécurité. Selon Celso Amorim : “Le président a signé le décret car le Brésil a pour tradition de respecter les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies”.

Le Réal au plus haut.

Le Réal brésilien a atteint un niveau de sur-évaluation comparable à celui qu’il avait connu juste avant sa maxi-dévaluation en 1998. Cela préoccupe les milieux financiers qui craignent une perte de compétitivité de l’économie brésilienne. Le FMI s’en est d’ailleurs publiquement inquiété dans une récente note sur l’analyse des performances par pays.

Cet indice de sur-évaluation, calculé par la Banque centrale, mesure le niveau de la monnaie nationale par rapport à celle de ses principaux partenaires commerciaux, en décomptant l’inflation. En juin 2010, l’indice du Réal montrait une valorisation de la monnaie de 30% par rapport au cours du change de janvier 1999, date de la mise en place du système de cours flottant de la monnaie brésilienne.

De son côté, la BIS, la Banque Internationale de Compensation Financière, qui gère les transferts d’argent entre banques centrales et dont le siège est à Bâle, relève que le Réal brésilien est devenu la seconde monnaie la plus importante pour les bourses traitant des produits dérivés, immédiatement derrière le dollar américain et devant l’euro. Cela indique que les spéculateurs parient toujours sur la hausse du réal face aux autres devises, ce qui pénalise évidemment les exportations brésiliennes dont les coûts   en réais ne cessent de renchérir.

Biennale de Sao Paulo, édition 2010

La 29° Biennale de Sao Paulo s’ouvrira le 25 septembre, dans le Parc Ibirapuera. La Biennale de Sao Paulo est une des plus importantes manifestations mondiales d’art contemporain. Elle dure jusqu’au 12 décembre et expose 148 artistes. Cette année,  elle met l’accent sur la création latino-américaine : « notre souci, c’est de montrer l’art contemporain, explique Moacir dos Anjos, curateur principal de la Biennale, mais pas nécessairement les œuvres les plus récentes. Ce qui compte, c’est de sélectionner des créations qui nous apprennent quelque chose sur le monde dans lequel nous vivons et qui nous fasse découvrir ce que nous ne connaissons pas encore. »

Sous la conduite de Moacir dos Anjos, 5 personnalités internationales ont sélectionné les quelques 200 œuvres et installations retenues pour cette édition : Rina Carvajal du Miami Art Museum, Sarah Maharaj de l’Université Lund et Académie d’Art de Malmö en Suède, Fernando Alvim de la Fondation Sindika Dokoto d’Angola, Yuko Hasegawa du Musée d’Art contemporain de Tokyo et Chus Martinez du Musée d’Art Contemporain de Barcelone.

Prix Photo Web de l’Alliance française.

Le PRIX PHOTO WEB ALLIANCE FRANÇAISE est un concours de photographie organisé par l’Alliance Française et la Chambre de Commerce France-Brésil afin de  promouvoir le patrimoine visuel documentaire et artistique de la culture franco-brésilienne ainsi que les échanges culturels entre résidents au Brésil et en France.

Cette année, le Prix Photo Web est consacré aux cultures urbaines comme facteur d’intégration sociale et va privilégier « le regard des organisations non gouvernementales envisageant l’inclusion sociale à travers l’art, en s’inspirant des clichés de MARC RIBOUD, célèbre photographe français qui documente l’histoire des peuples aux quatre coins du monde, de manière réaliste et humanitaire. »

Les candidats ont jusqu’au 17 septembre pour s’inscrire et envoyer leurs clichés par la poste. Le jury annoncera le 1° novembre les noms des 12 candidats pré-sélectionnés pour la phase finale du concours. Les 3 lauréats seront connus eux, le 25 novembre et une exposition des photographies primées aura lieu en mars 2011. Plus de renseignement sur le site:

http://www.prixphotoaliancafrancesa.com/concurso

Publicités