Souvent mal aimé des paulistas, le centre-ville est perçu comme sale, chaotique voire déchu… C’est vrai ! Et pourtant, pour bien sentir le pouls de São Paulo, le Centro est la promenade toute désignée. Rendez-vous dans le quartier historique qui comme son nom l’indique, est le véritable coeur de la mégalopole.

On trouve de tout à São Paulo. C’est dense, vivant et malpropre. Beau, en même temps laid. C’est… São Paulo. En fait, on ne peut prétendre visiter la mégalopole sans passer par le Centro.

Fourmilière humaine et vestiges historiques

Les centres commerciaux, l’Avenida Paulista, c’est bien beau, mais rien ne remplace le Centro pour saisir l’âme de Sampa1. Pas tant pour son caractère ancien, plutôt parce que c’est là que la vie bourdonne. Le Centro est l’endroit de prédilection pour observer le vrai visage de São Paulo. Véritable fourmilière, il s’étale sur des kilomètres de rues piétonnes, remplies de badauds, de cols blancs, de vendeurs itinérants, de boutiques en tout genre, de lanchonetes2 et de cafés réputés.

C’est aussi là que se concentre la partie historique de la ville. S’y érigent le Pateo do Colégio, lieu de fondation de São Paulo qui abrite le musée Anchieta et sa collection d’objets religieux ayant appartenu aux premiers résidants, la Cathédrale da Sé et la Vale do Anhangabaú, entre autres. Autre lieu saint de la région : le Mosteiro São Bento où chaque dimanche on peut écouter des chants grégoriens.

Paradis des rues spécialisées

Puis un arrêt à la boulangerie de l’abbaye s’impose. Les délicieux pains faits à la main des moines donnent l’eau à la bouche. Des files de gourmands se forment toujours pour s’enquérir du fameux pão São Bento, du gâteau Santa Escolastica ou celui dos monges.

Le Centro est également le paradis des rues spécialisées (électronique, mariage, cuir…) et des aubaines avec plusieurs enseignes présentes dans les shoppings qui vendent ici à bas prix. Sans oublier la 25 de Março, la rue du commerce populaire. Toutefois, la rigueur est de mise. Bien qu’on y déniche de belles trouvailles, il y a aussi beaucoup d’articles falsifiés ou de qualité douteuse.

Contrairement à ceux que l’on découvre au Mercado Municipal qui, tout près de là, vaut le détour à lui seul. Que dire de ses célèbres pastels à la morue séchée ou des fameux sandwichs à la mortadelle, vendus à de nombreux comptoirs.

Gratter le ciel

S’orienter dans cette ville tout à fait gigantesque n’est pas une mince affaire. On a beau étudier le plan de ses rues, les premières fois, on ne manque jamais de se tromper. Comment y arriver alors ? À force d’imprimer dans notre tête des points de repère, tranquillement, le monstre se dévoile et l’architecture urbaine de Sampa peu à peu se fait comprendre.

La première chose à faire sans doute : grimper au sommet de la Tour Santander3 ou de l’Edificio Itália. De là-haut, la vision à 360 degrés s’étend jusqu’à 40 km ! La vue y est extraordinaire si elle n’est tout simplement pas… imposante. Nos yeux s’écarquillent devant le labyrinthe. Les rues partent dans tous les sens, les édifices s’enfilent les uns après les autres… Quelle cité ! Un point de vue impressionnant. Une fois redescendu, nul ne voit la mégalopole de la même façon.

Marc GALLICHAN. (www.petitjournal.com – São Paulo)

  1. Sampa* : Surnom, diminutif donné à São Paulo
  2. Lanchonete* : restaurant-minute, prêt à manger ou Snackbar.
  3. Tour Santander : Rua João Brícola, 24 – Centro  (Metrô São Bento)

Plus d’images du Centro: http://picasaweb.google.com.br/constance.renato/Centro?feat=flashalbum#5468237782793846114

Publicités