La Bourse famille fait des petits ; l’ex-Président Fernando Henrique Cardoso distingué par son combat pour le légalisation des drogues ; 100  millions de brésiliens sans internet, le travail formel avance.

L’information est répercutée par Mac Margolis, journaliste à Newsweek : le milliardaire Mike Bloomberg voudrait adapter le programme « Bourse-famille » brésilien à la ville de New York dont il est le Maire. « L’exemple brésilien se répand d’ailleurs partout et les spécialistes du monde entier s’y intéressent », poursuit le journaliste.

« Au Brésil, 55 millions de personnes bénéficient déjà de ce programme et l’inégalité a reculé de 5,5% depuis 2003. Et si la croissance est plus forte en Chine et en Inde, elle accroît les inégalités dans ces 2 pays au lieu de les réduire. Le Brésil, au contraire, cherche à éradiquer la pauvreté absolue d’ici 2015».

Fernando Henrique Cardoso distingué pour son attitude vis à vis du combat contre la drogue.

Le prédécesseur de Lula, l’ancien Président Fernando Henrique Cardoso (1998-2002) a été classé au 11° rang des 100 principaux penseurs globaux, une liste établie par la revue américaine Foreign Policy. « C’est la discussion qu’il a lancée en 2009 sur la question de la drogue et ses critiques à l’égard de la politique américaine dans ce domaine qui valent à Fernando Henrique Cardoso cette distinction » souligne encore la revue.

En février 2009, FHC, comme on le surnomme avait attaqué, en compagnie d’autres personnalités latino-américaine la politique de guerre à la drogue soutenue principalement par les Etats Unis, défendant l’idée qu’il s’agit d’un problème de santé publique et non une affaire policière.

100 millions de brésiliens sans internet

Le nombre de  brésiliens de plus de 10 ans qui utilisent régulièrement internet a atteint 56 millions de personnes l’an dernier, soit une hausse de 75,3% par rapport à 2005. Une progression fulgurante, certes, mais qui ne doit pas faire oublier que l’exclusion digitale reste la règle au Brésil, 104 millions de personnes n’ont toujours pas accès à la Toile. C’est 67% de la population de plus de 10 ans, une large majorité, donc. En 2005, ces exclus d’internet étaient 71%. (Epoca Negocios)

Le travail formel avance

Ils ne sont pas encore la majorité, mais le nombre de travailleurs qui bénéficient d’un contrat en bonne et due forme, et donc qui payent leurs cotisations sociales, a bondi de 1 millions entre 2007 et 2008. Ils sont  4,10 millions contre 3,35 un an auparavant. Les chiffres sont de la Fondation Getulio Vargas.

Un des facteurs qui a significativement contribué à cette hausse de la formalisation des contrats de travail, c’est la nouvelle loi du micro entrepreneur individuel qui a permis d’officialiser nobre de petits boulots qui se font dans la rue, comme les ramasseurs de papier ou les vendeurs ambulants qui ne pouvaient avoir accès aux prestations sociales avant la mise en place de cette loi. Le Ministère du Développement estime que le nombre de nouvelles micro-entreprises enregistrée à fin 2009 devrait dépasser les 110.000.

Publicités