Bonjour,

On attendait mieux du Brésil, il s’est dérobé. Il ne prendra pas d’engagement ferme à la Conférence mondiale sur le Climat de Copenhague, mais seulement des « mesures volontaires » pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre entre 36 et 39% d’ici 2020. Certes, c’est mieux que les Etats-Unis et la Chine qui refuse d’annoncer leurs objectifs, mais cela n’empêchera pas la prochaine équipe gouvernementale d’interpréter à sa manière cet « engagement volontaire ».

Les promesses pourraient rester lettres mortes. Ce compromis est le résultat d’un bras de fer au sein du gouvernement entre les adeptes du progrès par la croissance, incarnés par la candidate officielle à la succession du Président Lula, Dilma Rousseff et les partisans d’un développement durable qui se regroupent derrière le Ministre  de l’environnement Carlos Minc. Hélas, la délégation brésilienne à Copenhague sera conduite par Dilma Rousseff, Carlos Minc n’y jouera qu’un rôle de second plan.

Ce numéro 9 de Vision Brésil vous présente un panorama des enjeux de cette rencontre mondiale sur le climat, qui va se dérouler du 8 au 17 décembre, vu à partir du prisme brésilien. Et bien sûr aussi, comme d’habitude, les principaux faits du mois à retenir, dans l’univers économique, social et environnemental du Brésil.

Vision Brésil va faire la pose pour les fêtes de fin d’année, on se retrouve fin janvier… Bonne lecture et faites connaître Vision Brésil :

https://visionbresil.wordpress.com/

(Aux dernières nouvelles, -27/11/09-, les USA et la Chine devraient finalement aussi annoncer des mesures de réduction volontaire de leurs émissions de gaz à effet de serre de respectivement 17 et 40% d’ici 2020. Le suspense est relancé… jusqu’à la Conférence. Après?)

Publicités