Affaire Battisti ; Lula héros de cinéma et personnalité mondiale ; panne de courant ;  les brésiliens au ski ; le port de Rio de Janeiro.

Par cinq voix contre quatre, le Tribunal Suprême s’est finalement prononcé pour l’extradition vers l’Italie de Cesare Battisti ancien de la lutte armée, condamné à la prison perpétuelle dans son pays. Battisti ne recevra donc pas le statut de réfugié politique, mais il ne sera pas nécessairement expulsé du Brésil pour autant.

En effet, le Tribunal Suprême laisse le dernier mot au Président Lula qui négocie en ce moment une voie de sortie honorable avec le premier ministre italien Silvio Berlusconi. Aux dernières nouvelles, Lula devrait autoriser Battisti à rester au Brésil via une autorisation de séjour publiée au journal officiel. L’ex-militant terroriste ne deviendrait ainsi pas un symbole, ce que lui aurait conféré un  statut de réfugié. C’était ce que l’Italie voulait éviter à tout prix.

Lula héros de cinéma

La sortie officielle est prévue le 1° janvier 2010, mais plusieurs pré-projections du film « Lula un enfant du Brésil » de Luiz Carlos Barreto ont déjà lieu. Le film retrace la vie du Président depuis son enfance pauvre dans le Nord-est jusqu’à la période de militance syndicale et de lutte contre la dictature. Un film à gros budget, co-financé par la chaîne de télévision Globo, « bienvenu en année électorale, même si Lula ne se représente pas » ironise la critique. La première de ces avant-premières s’est déroulée début novembre à Brasilia, dans un Théâtre National de 1’400 places archi-comble où l’actrice Gloria Pires, qui incarne la mère de Lula n’a presque pas réussi à entrer. Lula devrait assister à une pré-projection officielle fin novembre, dans sa ville, Sao Bernardo do Campo, dans la périphérie de Sao Paulo.

Pour découvrir des extraits du film en avant-première:

http://www.youtube.com/watch?v=HKuUUcysT_g&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=o9eKL3ozBhE&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=6aazMGg6isg&feature=related

Lula personnalité mondiale

C’est la revue Forbes qui le dit, le Président Luis Ignacio Lula da Silva fait partie des 67 personnalités mondiales les plus influentes de l’année 2009. Aux côtés bien sûr de Barack Obama, du Pape Benoît XVI de Bill Gates et de Josef Blatter, le Président de la FIFA. Lula est en 33° position, il est  ainsi considéré par Forbes comme plus influent que Nicolas Sarkozy (56°) ou Klaus Schwab, le fondateur du Symposium de Davos (66°). Curieusement, une autre personnalité brésilienne apparaît dans la liste, le très polémique Gouverneur de l’Etat du Mato Grosso Blairo Maggi, (62°), à droite sur l’image, dont la famille est à la tête d’un empire du soja et qui s’est distingué comme  défenseur de la liberté de déboiser sans restriction en Amazonie. Le premier européen de la liste est une femme, la chancelière allemande Angela Merkel, classée 15° personnalité la plus influente de la planète.

Grosse panne

Quatre heures sans lumière, mardi 10 novembre au soir, dans 18 des 25 Etats du Brésil, regroupant plus de 60% de la population du pays ! Le plus gros blog électrique de l’histoire… On ne sait pas encore vraiment pourquoi, sinon que les 3 lignes principales de transmission d’énergie sortant du barrage géant d’Itaipu ont déclaré forfait en même temps. Du coup, le Paraguay lui aussi s’est vu privé de courant ! Entre tempêtes d’orage et faiblesse des sous-stations relais, les experts techniques vont mettre quelques semaines à identifier les causes de la panne. Cependant, elle soulève à nouveau la question de la fragilité de ces monstres que sont des barrages comme Itaipu (il fournit 20% de l’énergie consommée au Brésil), dont la défaillance accidentelle provoque des effets en cascade catastrophiques. Les analystes critiques s’inquiètent de cette fragilité d’autant que l’option des barrages géants n’est pas remise en cause le gouvernement. Plusieurs ouvrages de même calibre sont en cours de construction ou en projet pour répondre à une augmentation des besoins évaluée à 15% d’ici 2016.

Skieurs brésiliens pour le cirque blanc

Alors que l’été tropical commence à déployer sa chaleur sur les plages de Rio de Janeiro et d’ailleurs, il est des brésiliens qui se gèlent sur les pistes de ski de l’hémisphère nord. Pas pour le plaisir, pour la compétition. Car le Brésil possède une équipe nationale de ski, qui participe régulièrement aux championnats du monde et aux Jeux Olympiques. Certes, ses résultats ne sont pas aussi brillants que dans le football, mais l’important, c’est de participer. En fait, à l’image de Jonathan Longhi et de Maya Harrisson, les 8 champions de l’équipe de ski alpin brésilienne qui sont allé se mettre en jambe fin août sur les pentes de Valle Nevado au Chili, ne vivent pas au Brésil. Jonathan et Maya ont été adoptés à la petite enfance, l’un par une famille italienne, l’autre par des parents suisses. Les autres vivent en Norvège ou aux Etats Unis. Tous se sentent profondément brésiliens et sont fier de défendre leurs couleurs. Entre les 8 athlètes la compétition est rude car il n’y a que 3 places à prendre pour la sélection pour les JO de Vancouver de février prochain.

La mutation du port de Rio de Janeiro

Les autorités de Rio de Janeiro l’avaient promis, l’obtention des Jeux Olympique de 2016 va susciter des transformations urbaines importantes, sur le modèle de ce qui s’est passé à Barcelone en 1992. Et comme à Barcelone, c’est la revalorisation de la zone portuaire qui est mise en avant. La Préfecture vient de placer sur You Tube un film sur son projet de transformation des quais et des quartiers voisins. Pour s’en faire une idée :

http://www.youtube.com/watch?v=lMYpu4PRomk&feature=player_embedded

Publicités